Plongée le 26 février 2017 à l’îlot Ténia

L’îlot Ténia se trouve sur la barrière de corail, en face de Boulouparis. On y accède en bateau grâce à Bouts D’Brousse depuis la presqu’île de Bouraké qui se trouve à un peu plus d’une heure de Nouméa quand tout va bien.

Mais ce dimanche, nous n’avons pas eu de chance sur la route ! A l’aller en tout début de matinée, nous avons été obligés de faire un détour de plus d’une demi-heure pour éviter de col de la Pirogue, fermé par les gendarmes suite à des caillassages aux abords de la tribu de Saint-Laurent. Au retour, la route semblait toujours fermée et nous avons donc repris ce grand détour. Nous avons ensuite appris que la route avait en fait bien été rouverte en début de matinée, mais un grave accident s’était produit au même endroit, et l’hélicoptère venu transporter le blessé aux urgences est tombé en panne sur la route

Le trajet a donc été bien plus long que prévu, mais ça ne nous a pas empêchés de profiter de cette sortie plongée bien agréable !

J’ai trouvé que le paysage sous-marin était très proche de celui que j’avais vu à Bourail, ce qui ne semble pas très étonnant puisque c’est la même barrière de corail, sur la même côte, un peu plus de 50km plus loin : des canyons, beaucoup de corail évidemment, et plein de poissons ! Je n’ai pas eu l’occasion de voir de gros poissons cette fois-ci, pas de raies non plus, mais une tortue qui nageait juste sous le bateau quand nous sommes remontés.

J’ai vu beaucoup de petits poissons bien colorés, que j’ai bien sûr pris en photo. Mais à mon retour à la maison, je me suis rendu compte que les photos étaient toutes floues, la qualité ne permettant même pas de reconnaître ce que j’avais photographié… J’avais pris ma caméra genre GoPro pour éviter de détériorer mon appareil photo Olympus TG-4 qui n’est pas censé descendre à plus de 15 mètres, mais visiblement ça n’était pas une bonne idée.

Je n’ai donc pu garder que quelques photos de paysages sous-marins que j’ai fait sans zoom. Je me souviens cependant de quelques poissons inhabituels que j’ai pu voir : de gros poissons-lézard, des barbiers bleus et d’autres oranges, un poisson-épervier Cirrhitichthys falco que je voyais pour la première fois mais assez facilement reconnaissable avec sa forme un peu bizarre, et un autre paracirrhites arcatus que je n’avais croisé qu’une seule fois, facilement reconnaissable aussi grâce au dessin autour de son œil. Des poissons-papillons de toutes sortes, mais surtout quelques chaetodon reticulatus que je n’avais jamais vus ! Un baliste à grandes taches blanches balistoides conspicillum qui ressemble à un clown et que je voyais pour la première fois aussi, plein de jutjans, poissons-bannière (particulièrement une famille de 3 Heniochus acuminatus qui se suivaient et se cachaient ensemble), des centropyge bispinosa à foison, plein de poisson-demoiselles, et probablement plein d’autres dont je ne me souviens plus ou que j’ai raté !

 

Avez-vous aimé cet article ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Retrouvez Vie Sous-Marine sur les réseaux sociaux :

Merci d'avoir donné votre avis

Aidez-moi à améliorer cet article !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.