PMT le 14 septembre 2019 à la Baie des Citrons

Une journée avec un temps bizarre : soleil au réveil, grosse averse une demi-heure plus tard, de nouveau soleil, puis couvert… Le soleil ne semblait pas vraiment vouloir se montrer de nouveau en début d’après-midi, et le ciel gris annonçait de nouveau des averses… mais où est le problème de se prendre une averse sur la tête quand on est déjà dans l’eau ?? :p

Petite baignade en début d’après-midi donc, plutôt vers la droite de la Baie des Citrons pour changer un peu. C’est marée basse, même très basse, je me dis qu’il y a peut-être moyen d’avoir accès à des patates d’habitude plus difficilement accessibles à cause de la profondeur supplémentaire en apnée. J’ai rajouté 2kg à ma ceinture de plombs pour arriver à mieux me stabiliser au fond, mais je constate rapidement que ça ne suffit pas du tout… je remonte toujours comme un bouchon !

Rien à voir vers le ponton, mais le gros tuyau qui part du bord offre quelques petites surprises. D’abord un très beau nudibranche que je n’avais pas encore vu, un Chromodoris leopardus, puis une petite rascasse bien cachée dans un coin. Je prends aussi quelques coraux à droite à gauche, plus je m’y intéresse et plus je les trouve beaux 🙂

Chromodoris leopardus : on a vu des choses bien plus moches que ça !

Un peu plus loin, quelques poissons-ballon plutôt juvéniles, mais la visibilité de ce côté de la baie est exécrable, on n’y voit pas à 1 mètre… En plus il se met à pleuvoir. Bon, demi-tour, on va voir ce qui se passe de l’autre côté. J’essaye d’avancer en apnée pour voir un peu mieux le fond, mais y’a beaucoup plus de sable que de choses intéressantes :p Une étoile de mer sur le chemin tout au plus.

Après avoir nagé et vu beaucoup de sable, la visibilité s’améliore. Je suis les lignes de rochers et coraux qui sont au fond, à 1 à 2 mètres de profondeur. Je trouve des beaux coraux avec des petites formes rigolotes, des Euphyllia ancora. C’est une espèce que j’avais déjà rencontrée et photographiée il y a plus de 2 ans et demie à Bourail, et je n’ai réussi à l’identifier il y a quelques semaines à peine… J’ai donc passé beaucoup de temps à la chercher, je la reconnais bien maintenant ! Surtout que je pensais que c’était une anémone ou du corail mou, mais non c’est en fait de la famille des madrépores. J’étais bien contente de la voir, et en plus il y en avais 3 petites patates pas loin les unes des autres 🙂

Les formes rigolotes des Euphyllia ancora en gros plan

Un peu plus loin, je rencontre plein de vers de la famille des Sabellastarte avec leur beau panache ! J’avoue que j’ai un peu galéré à les prendre en photo, ils se rétractaient rapidement quand je m’approchais… Puis entre 2 rochers, un bernard l’ermite Dardanus megistos facilement reconnaissable avec ses belles pattes rouge-oranges à points blancs ! Puis je croise des poissons-couteau, un poisson-flûte qui dormait, une carcasse de langouste, des holothuries

Soudain un petit serpent s’approche. Il est vraiment petit, je pense que c’est un bébé, à peine 40 centimètres je dirai, et un petit diamètre. On dirait un tricot rayé, mais j’ai un doute sur le moment, je ne suis pas sûre. En rentrant à la maison j’ai donc cherché, et j’ai bien fait, ce n’en était pas un ! C’est un Hydrophis coggeri juvénile ! Contente d’avoir eu l’œil pour me rendre compte que ça n’était pas ce que je croyais au premier abord 🙂 Je l’ai suivi un bon moment, il fouillait le sable et n’avait pas du tout l’air gêné par ma présence.

Petit serpent Hydrophis coggeri juvénile

Après avoir bien joué avec lui, j’ai repris ma promenade le long des lignes de cailloux sous l’eau. Je vois une anémone avec des poissons-clown, mais mon œil est attiré par un détail juste à côté : 2 petites crevettes Thor amboinensis !! Je n’en avais vu qu’une fois en plongée à l’Île des Pins, je n’aurais jamais cru en trouver à la Baie des Citrons ! Elles sont trop belles en plus, j’adore… Elles sont l’une en face de l’autre, j’imagine très bien la photo parfaite que je voudrais d’elles, mais j’ai beaucoup, beaucoup de mal à rester assez longtemps sous l’eau pour les avoir nettes… la faute à mon sous-lestage… Je suis un peu dégoûtée mais je n’abandonne pas. J’ai du descendre 50 fois en apnée pour essayer de les avoir, de 20 façons différentes… d’abord directement dessus, puis en partant de plus loin en nageant au fond, puis la tête à l’envers, les palmes hors de l’eau, en essayant de m’accrocher à un rocher… c’était compliqué, elles étaient à la fois trop loin en profondeur pour pouvoir les prendre depuis la surface, et pas assez profondes pour arriver à rester au fond sans remonter comme un bouchon… Bon j’ai quand même réussi à les avoir, mais c’est pas exactement comme je voulais. J’ai repéré l’endroit, je reviendrai…. en espérant qu’elles n’auront pas déménagé entre temps :p

2 crevettes Thor amboinensis face à face 🙂

Pour la fin de cette petite promenade, j’ai vu de très beaux coraux pas encore identifiés, et des gobies sympas qui bougeaient pas trop. Mon binôme avait froid, nous sommes rentrés après tout de même 1H30 dans l’eau, que je n’ai pas du tout vu passer ! 🙂

Avez-vous aimé cet article ?

Merci d'avoir donné votre avis !

Retrouvez Vie Sous-Marine sur les réseaux sociaux :

Merci d'avoir donné votre avis

Aidez-moi à améliorer cet article !

Liste des espèces rencontrées :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.